Index du Forum
 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

3 mirages, une bonne(assez) et la bosse jusqu’à midi

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Alpinisme, cascade de glace, escalade,...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Dim



Inscrit le: 28 Juin 2007
Messages: 1432

MessagePosté le: Dim Oct 31, 2010 1:05 am    Sujet du message: 3 mirages, une bonne(assez) et la bosse jusqu’à midi Répondre en citant

(Notre cher webmaster n’ayant pas encore trouvé une minute pour lancer le sujet malgré les promesses dans un précédent CR, je me décide de finalement m’y coller Wink ).

En ce début septembre (w-e du 11-12), un w-e prévu avec Yves l’hyper-actif de l’été ( Wink) semblait enfin vouloir offrir des conditions propices à une virée en montagne. Les rares autres opportunités communes étaient effectivement tombées à l’eau. En plus on a 3j, Yves étant un intermittant du vendredi et personnellement ayant la possibilité de prendre la journée. Cependant, durant la semaine, une perturbation accompagnée d’un coup de froid avait apporté une bonne quantité de neige en altitude. On se questionne donc sur les conditions des courses, on se tâte sur l’objectif… Le granit au soleil de la Furka nous appelle, mais une idée trotte dans la tête de mon acolyte, la fameuse bosse qu’il n’a pas encore foulée… De mon côté, l’ayant déjà visitée 2 fois par ses voies normales (à pieds par le Goûter et à ski par les 3 Mts+FN) une autre voie me titillait depuis longtemps, une longue chevauchée, mais encore fallait-il qu’elle fût en conditions… Le jeudi on est encore dans le flou. Vendredi matin, on se renseigne, on apprend que le Tacul a été tracé et la gardienne de Durier nous informe qu’une cordée est partie le jour-même pour la traversée. Bim, c’est décidé, on réserve et on tente l’aventure !
http://www.camptocamp.org/routes/54092/fr/mont-blanc-traversee-domes-de-miage-aiguille-de-bionnassay-mont-blanc

Après une petite crêpe au Contamines pour bien se caler avant la longue montée au refuge des Conscrits (Il n’est pas très haut, 2600m, mais on part de bas, 1200m, et il y’a de la distance, sans parler de la descente à mi-parcours, pour rejoindre le Glacier de Tré-la-Tête, ce qui rajoute 100-200m de déniv.), nous voilà en marche. Après quelques hésitations aux bifurcations de sentiers dans la forêt (Ben oui, on n’est pas des locaux, et les noms étrangers du coin ne nous sont pas très familiers ! Merci la carte ! Wink ) on arrive en vue du Glacier de Tré-la-tête. Le temps est un peu bouché et on ne bénéficie pas de la vue sur les sommets, mais au moins, on monte à la fraîche.

Après la descente intermédiaire, Yves prend pieds sur le glacier


Il s’agit de remonter la morraine centrale du glacier, bien caillasseuse, pour aller chercher les échelles rive droite vers le haut de la pente glaciaire que l’on aperçoit ici


Fantaisies de la natures


Yves dans les échelles.


Elles sont assez hautes et gazeuses, une sorte de petite via-ferrata. Certains préfèrent s’assurer dans ce passage.

A l’approche du refuge, le voile se déchire quelque peu


Des bouquetins peu farouches cherchent leur pitance devant le glacier. Ici une jeune étagne.


Le refuge des Conscrits est moderne et bien équipé, avec un séchoir à matériel et des couettes tout confort. Et l’accueil du gardien y est excellent, tout comme la nourriture. Après une bonne nuit, nous voilà en route dans la nuit noire. La montée en direction de l’Aiguilles de la Bérangère, à travers zones herbeuses, dalles rocheuses et névés est assez raide et pénible. Mais on avance vite dans la nuit et les premières lueurs du jour viennent rapidement enchanter nos pupilles avides de lumière.


Les Ecrins font leur show


La Bérangère est vite traversée, avec une petite pente de neige, suivie d’un peu de crapahutage facile dans les rochers de son arête. On enfile les crampons aux pieds de la pente de neige du Dôme Occidental.


A l’approche du sommet du Dôme W, Yves profite des premiers rayons du soleil. La Bérangère au 2è plan s'illumine également.


Coup d’œil sur les Aiguilles de Tré la Tête encore dans l’ombre


Au sommet du premier Dôme, en direction du central


On atteint rapidement le sommet central. Sa descente, sur la célèbre portion d’arête des Dômes qu’on voit tout le temps en photo, s’avèrera un poil délicate, avec une petite couche de neige fraîche inconsistante posée «en champignon» sur la glace de l’arête. Après, une première partie sur le fil, ne goûtant guère les appels des abîmes de la face nord, j’ai préféré continuer à flanc versant sud, sur une neige assez dure, mais bien cramponnable.

Yves sur l’arête, en direction du col des Dômes.


La fameuse arête


Au col, où l’on décide de s’encorder.


La suite, sur le Dôme Oriental, après une première portion d’arête neigeuse un peu impressionnante de face mais finalement facile, consiste en du crapahutage dans les rochers de l’arête, dans des conditions mixtes avec la neige récente. On peut aussi admirer le programme du lendemain.


Quelques pas d’escalade


Puis c’est la descente entre portions neigeuses et mixtes, avant un rappel donné à 15m sur C2C, pour une partie difficile à désescalader. Armés de nos 30m de corde (donc 15m de rappel), on arrive sur une vire surmontant un dévers de 5m de haut impossible (ou très difficile) à désescalader. Avec 40m de corde, il aurait été franchi facilement et rapidement. Là, il nous faudra chercher un passage le long d’une vire en versant nord, désescalader une sorte de petite cheminée coince-sac pour retrouver une petite vire qui nous ramènera à l’arête. Rien de très sérieux, mais on perd vite du temps (l'option de poser sur cordelette un 2è rappel pour ces 5m est aussi possible, c'est ce que fera la cordée qui a fait la traversée après nous ce jour-là).

Ensuite, l’arête plus plate et péteuse, mais facile, mène rapidement au refuge Durier. En essuyant mes lunettes, j’arriverai tout de même à m’emmêler les crampons, pour une petite culbute « façon films d’action » bien amortie par le sac et bien retenue par Yves. En fait, il s’agissait de tester ses réflexes ! Wink

Petit regard en arrière


Et on arrive à la terrasse pour l’heure du dîner, avec l’expression de joie du jour de la part d’Yves : « Fantastique, une après-midi entière à rien foutre ! » :-DDD

Après 2h de rissolage au soleil franco-transalpin du col de Miage où a été construit le refuge, j’ai quand même trouvé quelque chose à faire, une sieste sous la couette ! Wink Pendant ce temps, les cordées arrivent petit à petit, une autre de la traversée des Dômes, la plupart de la plaine, par le fastidieux et abrupt versant nord du col. Au final, le refuge sera plus que plein (24 places normalement), mais tout le monde aura son matelas.

Pour s’occuper on prend quelques photos.

Le loooooong glacier du Miage, côté italien


Le versant nord du col (oui, il y’a bien une sorte de chemin dans cette dérupe !), avec au loin la chaîne des Aravis (si je ne dis pas de connerie).


De plus près


La face nord du Dôme Est passe au soleil en fin de journée


Alors que le Glacier du Miage est à l’ombre, la Grivola, le Grd Paradis et le Ruitor (avec son grand glacier) prennent encore le soleil


Coucher de soleil sur les Aravis


Croissant de lune light (sans beurre) vis-à-vis de la face nord du Dôme E


L'accueil par la jeune gardienne de Durier sera également de premier ordre. La cuisine y est également de qualité et en quantité au-delà de ce qu'on pouivait manger. Il faut vraiment avoir la vocation pour passer une saison entière dans ce refuge à l'espace quand même bien restreint et au confort spartiate.

Le lendemain, on se lève au premier réveil. Yves ne veut pas devoir renoncer au sommet et descendre depuis le Dôme du Goûter par l’itinéraire du Goûter pour d’obscures raisons d’horaires mal maîtrisé Wink. On part donc avec les premières cordées. Toute l’ascension de l’Aiguille de Bionnassay se fera donc dans la nuit. Le crux de la course (si l’arête neigeuse est en bonnes conditions par la suite) c’est le grand ressaut rocheux de l’arête sud (150m). Côté 3+ sur C2C, on le voit à 4a dans les topos. L’escalade n’y est pas difficile, mais c’est quand même soutenu dans le niveau, il faut chercher un peu son chemin (surtout de nuit) et c’est bien gazeux. Vous me direz que de nuit on ne voit pas le gaz et je répondrai que c’est vrai (surtout avec ma frontale surpuissante Wink ), mais qu’en fait, on le « sent » bien, et même très bien ! Wink Yves en tête mastérisera bien cette section, qu’on fera en crampon, malgré le fait qu’elle soit sèche. Ca évite des manœuvres et avant de l’avoir franchie, on ne savait pas qu’elle était sèche ! Wink

Après le ressaut rocheux, une pente en neige dure nous mène au sommet, que l’on atteint avec les premières lueurs. J’ai tenté de prendre quelques images, mais avec le peu de lumière, mon compact ramait et Yves, toujours dans la crainte d’être en retard dans le timing, ne m’a pas laissé le temps de faire la moindre tentative de réglage. Je dirai même qu’en mettant la corde en tension pour me faire avancer, il a même dû accentuer le flou de toutes les photos que j’ai tentées depuis le sommet. Wink Voilà donc la seule image plus ou moins regardable que j’aie de la célèbre corniche de Bionnassay (même si elle n’a plus tout à fait l’envergure d’antan).


Descente du sommet


Encore, avec vue sur la suite et la remontée vers le Piton des Italiens


Vers l’Italie, avec la grande Casse tout à droite


Les Aiguilles de Tré la Tête paradent sous le soleil à peine levé


Une cordée au début de la descente de l’Aiguille de Bionnassay


Vue de plus loin


Encore les Aiguilles de Tré la Tête, avec un peu plus à gauche, un certain couloir qui pourrait titiller certains ! Wink


On arrive finalement sans encombres et assez rapidement au piton des Italiens. Grâce à une arête en bonne conditions (neige dure, ou glace sous-jacente mais toujours bien cramponnable) on a avancé vite et on a de la marge sur le timing.

Encore un bout d’arête avant d’arriver au Dôme du Goûter



Le début de l’itinéraire de la voie normale du Goûter, au départ du refuge du même nom


Et après un crochet de 100-200m en dehors de la trace, nous voilà au sommet du Dôme du Goûter, 2è 4000 du jour. Cette fois, c’est moi qui ai insisté, car je n’étais plus sûr que lors de mon premier passage dans le coin j’étais vraiment passé par le sommet.


Une petite descente nous attend pour rejoindre le Col du Dôme, avant de nous attaquer à la suite de l’itinéraire et également de rejoindre la foule de la voie normale.


Sur l’arête des Bosses


La fin est quand même assez pénible. L’altitude se fait sentir et on commence à avoir quelques heures dans les jambes.

Puis sur l’arête finale



Et on arrive au sommet, toujours aussi large et accueillant.

Une cordée arrive de l’itinéraire des Trois Monts par où on redescendra.


L’arête sommitale


On passe quelques minutes au sommet, puis on redescend. On ne veut pas trop traîner, des voiles nuageux sont annoncés pour l’après-midi et il ne faut pas non plus rater la dernière benne de l’Aiguille du Midi. En plus, il ne fait pas très chaud. Dans la descente, 15-20cm de neige fraîche tassée dans le haut, puis une bonne trentaine de poudreuse dès le col du Maudit nous faciliteront bien la descente.

Yves au-dessus du Mur de la Côte


Puis dans le Mur de la Côte devant les séracs de l’Eperon de la Brenva


Vue sur le sommet et la trace dans le Mur de la Côte depuis le Col de la Brenva


Vue sur les séracs des Grandes Montées depuis notre pause au Col de la Brenva


Ensuite on rejoint rapidement les embouteillages de la descente du Col du Maudit, avec ses cordes fixes et sa pente raide à moitié en glace. Devant une cordée particulièrement lente qui monopolise une des deux cordes fixes (il y’a déjà la queue pour l’autre), je propose à Yves l’option de la patience et de les laisser rejoindre le relais à mi-pente. Yves me fait rapidement comprendre, avec sa diplomatie habituelle Wink, que ce n’était pas l’option qu’il avait envisagée. N’étant pas un grand contradicteur, je me retrouve à désescalader la pente en dépassant nos deux prédécesseurs, dont le regard qu’ils me lancent ne laisse aucune doute quant à leur manière d’apprécier la manœuvre. Mais finalement Yves me rejoint à mi-pente et après la désescalade de la 2è partie, on se retrouve rapidement dans la poudreuse de la trace dans les pentes du Maudit. On ne traîne pas là, d’énormes blocs de chutes de séracs n’invitant pas au farniente dans ce magnifique endroit. Pour aller plus vite, Yves utilisera même la méthode des rutschées sur les fesses. Quant à moi, je préférerai la méthode plus traditionnelle de la course dré dans le pentu.

On attend donc d’avoir atteint le Col Maudit pour se restaurer un tantinet. C’est là qu’Yves essaie de me prouver qu’il a appris à grimper dans les pyramides de Keops, Kephren et Mykerinos ! Very Happy


Vue sur le Maudit depuis l’épaule du Tacul…


… et sur le Dôme du Goûter


De belles crevasses dans la descente du Tacul


Une devra même se franchir au moyen d’une échelle installée à la saison, vu son franchissement malcommode cette année.

Après quelques dépassement facilités par la bonne poudreuse du jour, on arrive vite dans le bas du Tacul. Dans la dernière pente raide Yves s’élance pour une dernière rutschée sur les fesses dans la poudreuses. Mais il a mal étudié sa trajectoire et se retrouve dans un toboggan de glace vive où il prend rapidement beaucoup de vitesse, heureusement, en courant dans la poudreuse, je suis toujours bien planté sur mes pieds et je peux facilement arrêter la glissade folle de mon comparse dans la douceur de l’amorti des cordes dynamiques modernes. Bon, au final, il ne risquait pas tout, la pente étant suivie d’un grand plat… au pires quelques bleus aux fesses, au pire une cheville (et quelques roulés-boulés ?) s’il avait planté un crampon par mégarde à pleine vitesse.

Nous voilà donc au Col du Midi… où nous attend la célèbre remontée à l’Aiguille.


Yves, après avoir flâné sous l’éperon des Cosmiques et la face sud de l’Aiguille tel un Mexicain qu’on oblige à marcher à l’heure de la sieste, se sera mis en tête d’effectuer la remontée au pas de charge, histoire de clôturer en beauté les 2000m de dénivelé de cette journée (et histoire de me faire payer mes remarques sur sa lenteur sur le plat du col ? Wink ). Et cette fois, ce n’était pas une question de timing, puisqu’on est arrivé vers 14h30, bien avant le gong fatidique de la dernière cabine.

Voilà une course de rêve qui s’est déroulée à la perfection. C’est vraiment un itinéraire majeur à recommander quand il est en bonnes conditions. C’est peut-être la plus belle manière d’arriver au Mt-Blanc par un itinéraire encore accessible à beaucoup. Un grand merci à mon compagnon du jour pour ces 3 jours, pour la bonne humeur (même au Col du Maudit ! Wink ) et pour avoir mené le crux au pas de charge (si j’avais dû le faire, ça aurait sûrement pris un peu plus de temps… surtout avec ma frontale méga-spot ! Laughing Laughing Laughing ).


Dernière édition par Dim le Jeu Nov 04, 2010 8:20 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
enireves



Inscrit le: 25 Juin 2007
Messages: 338
Localisation: Collonges beach

MessagePosté le: Dim Oct 31, 2010 1:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Magnifique traversée! et super bien commentée!
Bravo les guys!
dithyrambique Dim on va t'appeler! mais une telle traverse méritait d'être détaillée, merci d'avoir pris la relève sinon on attendrait toujours celle du webmaster!
merci pour le dépaysement du dimanche gris venté!

et le total des 40 pour les 40 ans se montent à combien?! bon anni en en parlant ça devrait être ces jours ou j'ai mal compris?

Par contre j'ai dû m'y prendre à 3x pour visualiser les photos certaines s'ouvrent pas mais comme ce n'est pas toujours les mêmes j'ai réussi à faire le tour quand même...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Erica



Inscrit le: 19 Juin 2008
Messages: 67

MessagePosté le: Dim Oct 31, 2010 4:31 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Magnifique reportage Dim! Quel plaisir de vous suivre sur ces arêtes. Ca a l'air d'être un très bel itinéraire en effet mais faudrait que je suive tout ce périple sur une carte, m'y retrouve plus dans mes cartes géo pas très au point faut le dire!

Et bon anniversaire aussi!!!!! Bises!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
powpow9



Inscrit le: 07 Nov 2007
Messages: 354
Localisation: Freebourg

MessagePosté le: Mar Nov 02, 2010 3:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Majeur Very Happy !

Superbe CR, merci du partage ! Ca fait vraiment envie de se mettre un peu plus sérieusement à l'alpi...
_________________
www.lemondeenimages.canalblog.com
http://upandown.ch
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Aline



Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 174
Localisation: Collonges

MessagePosté le: Mer Nov 03, 2010 4:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Magnifique! Quelle belle course et si bien racontée! On s'y croirait presque!

Encore bravo et vivement l'hiver pour les courses en montagne! Laughing
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dim



Inscrit le: 28 Juin 2007
Messages: 1432

MessagePosté le: Jeu Nov 04, 2010 8:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci pour les comments élogieux ! Wink

enireves a écrit:
et le total des 40 pour les 40 ans se montent à combien?! bon anni en en parlant ça devrait être ces jours ou j'ai mal compris?

Loin du compte, 24 je crois. J’espérais en faire entre 6 et 10 à skis et je n’en n’ai pas fait un seul (météo pas propice lors des disponibilités, pas de compagnon les bons w-e, ou alors motivés par autre chose).

La même chose cet été, des w-e projetés ont été annulés à cause de la météo et quand il faisait beau, je n'avais pas de partenaire. J'ai quand même pu faire la traversée des Breithorn à l'arrache à la journée dans la canicule avec Yves et le Castor avec Anne, mais les "projets multi-coches" sont tombés à l'eau! Wink

A moins d'une année à venir particulièrement favorable, jvais reporter tout ça aux 50 ans! Wink

enireves a écrit:
bon anni en en parlant ça devrait être ces jours ou j'ai mal compris?

Oui, bien compris, merci ! C’était le 24 du mois dernier !

enireves a écrit:
Par contre j'ai dû m'y prendre à 3x pour visualiser les photos certaines s'ouvrent pas mais comme ce n'est pas toujours les mêmes j'ai réussi à faire le tour quand même...

Ouai, ça arrive avec l’hébergement « imageshack ». Je ne sais pas à quoi c’est dû…

Erica a écrit:
Ca a l'air d'être un très bel itinéraire en effet mais faudrait que je suive tout ce périple sur une carte, m'y retrouve plus dans mes cartes géo pas très au point faut le dire!

Ouai, on est un peu perdu avec tous ces noms étrangers ! Wink
Voici un tracé sur une carte, si ça peut t’aider (Il y’a aussi l’itinéraire du Goûter qui y est dessiné et l’aller-retour au Mt-Blanc de Courmayeur)

Nb: Il y'a certaines approximations dans le tracé. Notamment, le début au départ des Conscrits est faux, ça ne va pas chercher le glacier à droite. De plus sur la carte c'est l'ancien refuge des Conscrits qui était 100m plus haut que l'actuel

Erica a écrit:
Et bon anniversaire aussi!!!!! Bises!

Merci !

powpow9 a écrit:
Ca fait vraiment envie de se mettre un peu plus sérieusement à l'alpi...

C’est clair, ça vaut l’os ! Surtout maintenant que tu as une caisse d’enfer ! Wink T’y vas progressif dans la difficulté et ça permet de découvrir plein de nouveaux coins, car ça donne l’envie de bouger. Dans les niveaux abordables, il y’a déjà pleins de belles choses à faire. Il faut juste être initié à quelques techniques de base et tenir compte des conditions.

Aline a écrit:
Encore bravo et vivement l'hiver pour les courses en montagne! Laughing

Ah ouai !? Déjà ? Wink

See you tous !


Dernière édition par Dim le Jeu Nov 11, 2010 10:22 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aline



Inscrit le: 22 Juin 2007
Messages: 174
Localisation: Collonges

MessagePosté le: Sam Nov 06, 2010 4:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ok alors 50 pour les 50 ans? Laughing

Sinon oui déjà! Me réjouis de la neige et je vais investir dans du matos léger pour la montagne hivernale à ski Wink.... Histoire d'arriver à 30 pour mes 30 ans yeah yeah Shocked ...

Bon alors à plus!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gaelle



Inscrit le: 12 Aoû 2009
Messages: 26

MessagePosté le: Lun Nov 08, 2010 3:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

l'avantage quand on connait certains protagonistes, c'est que de petites allusions prennent tout leur relief... Twisted Evil

Quelle belle aventure! Shocked
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dim



Inscrit le: 28 Juin 2007
Messages: 1432

MessagePosté le: Jeu Nov 11, 2010 10:24 am    Sujet du message: Répondre en citant

Aline a écrit:
Ok alors 50 pour les 50 ans? Laughing

On n'est pas encore là... et je ne suis pas pressé d'y arriver! Wink

Aline a écrit:
Sinon oui déjà! Me réjouis de la neige et je vais investir dans du matos léger pour la montagne hivernale à ski Wink.... Histoire d'arriver à 30 pour mes 30 ans yeah yeah Shocked ...

Ca va envoyer du bois! Pour les 30, au rythme où ça va, ça ne devrait pas être un problème!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dim



Inscrit le: 28 Juin 2007
Messages: 1432

MessagePosté le: Jeu Nov 11, 2010 10:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

Gaelle a écrit:
l'avantage quand on connait certains protagonistes, c'est que de petites allusions prennent tout leur relief... Twisted Evil

Ca fait plaisir, y'en a qui suivent!!! Laughing Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
enireves



Inscrit le: 25 Juin 2007
Messages: 338
Localisation: Collonges beach

MessagePosté le: Jeu Nov 11, 2010 10:46 am    Sujet du message: Répondre en citant

Dim a écrit:
Gaelle a écrit:
l'avantage quand on connait certains protagonistes, c'est que de petites allusions prennent tout leur relief... Twisted Evil

Ca fait plaisir, y'en a qui suivent!!! Laughing Laughing Laughing Laughing


oui alors je te confirme que j'avais bien compris les remarques et visualiser les commentaires en action trop réaliste!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Le Piu



Inscrit le: 08 Jan 2008
Messages: 449
Localisation: Genève, mais Prayon pour le coeur

MessagePosté le: Sam Nov 13, 2010 8:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mille fois bravo ! L'Intégrale, ou encore la Traversée Royale. Un must, surtout quand on pense qu'on part de 1200 pour arriver à 4800 !!

Quelques souvenirs du coin, sans jamais avoir fait la traversée: la looongue montée aux Conscrits, la queue dans la pente du Maudit... à maudire ces touristes (forcément...) qui pétouillent, et la fameuse, en effet, remontée à l'Aig. du Midi. Je n'ose pas imaginer avec en plus tout ce dénivellé dans les pattes.

Mais bon, avec un compagnon de cordée pareil, pas le temps de s'apitoyer !

Encore bravo, ça fait envie !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Dim



Inscrit le: 28 Juin 2007
Messages: 1432

MessagePosté le: Lun Nov 22, 2010 4:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Hello Le Piu!

Je me souvenais de votre sortie aux Miages. Votre compte-rendu sur votre site est d'ailleurs un de ceux qui m'avaient fait découvrir ce coin quelque peu "exotique" du massif, pour nous autres valaisans.

Quant à "maudire les touristes", j'ai plutôt tendance à éviter et à rester zen (si le contexte permet d'être patient), car en d'autres lieux plus techniques, ça pourrait être moi, un jour, le touriste pour un autre alpiniste plus confirmé! Wink

Mais je ne sais pas pourquoi, j'ai tendance à me retrouver dans ce genre de contexte avec des compagnons de cordées disons plus "fougueux" que moi... Celà avait été similaire dans l'autre sens au même endroit, lors de nos 3 Monts à skis, mais avec Moumousse cette fois-là, dans le rôle du "brûleur de politesse".

Sinon, pas trop dur de retouver la bise genevoise après la douceur nord-africaine? Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Alpinisme, cascade de glace, escalade,... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com